Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Univers Parallèles

Des Bd, des dessins rigolos, des textes débiles et plein de n'importe quoi comme s'il en pleuvait, avec des dessinateurs fous fous fous...

Cadavre exquis à quatre mains en cinq épisodes : "Se souvenir d’elles" (5 et fin)

 

— Tu ne te rappelles rien, n’est-ce pas ? fit Elizabeth avec un sourire qui, en d’autres circonstances, lui aurait donné une folle envie de la serrer tendrement contre lui.

  Il devait bien avouer que son esprit ne savait plus à quel saint se vouer. Rien de ce qui se passait depuis son réveil n’avait de sens, il fallait bien le reconnaître. Sentant que la superbe créature en face de lui était peut-être enfin décidée à lui faire des révélations, il la laissa poursuivre, sans poser de questions. Elle reprit effectivement, alors que son splendide regard ne le lâchait pas :

  — Tu es mort, Becket. Aux yeux des vivants, tu n’es plus qu’une enveloppe charnelle inerte. Ceux qui en prennent conscience sont très vite libérés de toute entrave et évoluent dans le monde qu’ils souhaitent. Toi, tu es coincé ici car tu ne te souviens pas de ce qui t’est arrivé.

  L’air ébahi qu’afficha Becket donnait de toute évidence raison à Elizabeth. Celle-ci soupira légèrement, comme si la situation la désolait. Puis elle continua, d’une voix blanche :

  — Tu resteras enfermé dans cette boucle pour te souvenir de ton passé tant que tu n'auras pas embrassé la vérité. Les fameux événements que tu ressasses, l'invasion... Ce n'est ni plus ni moins que ta propre mort ! Souviens-toi, s'il te plaît. La guerre a été déclarée entre les nations suite à la chute de ce fameux monolithe, cet obélisque a l'incroyable pouvoir d'envoûter et de rendre les êtres sensibles à ses ondes, heureux.

  Becket fut pris alors d'un flash, un souvenir, se laissa aller et revécut ce moment crucial.
  Il était avec son groupe, un fusil d'assaut à la main, au milieu de rochers, l'air marin emplissait ses poumons.

  Les soldats avançaient sur le paysage escarpé, la pleine lune éclairait la scène d'une lumière blanche, clinique et froide.
  Là, ils le virent. Le monolithe gravé de symboles, mais ce n'était pas le plus inquiétant. La lumière d'un vert pâle semblait palpiter à l'intérieur de la roche, accompagnée par un son grave, une sorte de vibration sourde, comme un sonar.
  Comment de la roche pouvait-elle être translucide et émettre une sorte de fréquence, une voix ?    
  Voilà une question à laquelle il n'eut jamais de réponse, puisqu'au moment où elle lui traversa l'esprit, il fut touché par ce qui lui paraissait être une balle. Le projectile vint se caler dans son épaule, ce qui déclencha une vive douleur. Il se retourna d'un mouvement vif et se rendit compte que c'était l’un de ses coéquipiers qui venait de lui tirer dessus. À peine eut-il compris cela qu'il fut atteint par une autre balle qui, cette fois-ci, le plongea dans le noir.
  C'est à ce moment qu'il revint à lui. Elizabeth n'était plus dans son champ de vision. Mais il ressentait sa présence, juste derrière son épaule. Il sentit son souffle froid près de son oreille, et elle lui murmura :

  — Alors, tu l'as vue ? As-tu vu ce qui t'est arrivé ?

  — Oui… je l'ai vue, dit-il d'un air abattu.

  — Il est temps d'accepter, de lâcher prise, mon Amour. Une vie éternelle à mes côtés t'attend, ajouta-t-elle d'un ton rassurant en lui passant la main dans ses cheveux.

  Il prit sa tête dans ses mains et s'exprima difficilement, tant il était anéanti par ce qu'il venait d'apprendre :

  — Mais… Mais… Je n'ai aucune des réponses aux questions que je me pose. D'où vient ce monolithe ? Qu'est-ce que sa présence sur Terre signifie ? Pourquoi mon coéquipier s'est-il retourné contre moi ?

  Elle vint s'agenouiller devant lui, lui prit les mains et plongea son regard dans le sien.

  — Les réponses que tu attends n'ont plus aucun intérêt, tu ne fais plus partie de ce monde. Tout ceci ne te concerne plus, ne pense qu'à une seule chose, toi, toi et personne d'autre.

  Toutes ces révélations s’entrechoquaient dans sa tête, douloureusement… Il se leva, presque titubant, se rattrapant de justesse au dossier d’une chaise. Le sourire d’Elizabeth, comme une main tendue, lui indiquait la voie à suivre, il le savait. Pourtant, la nature même de cette situation, qui était nouvelle pour lui, ne pouvait lui apporter aucune satisfaction, un doute abyssal, une faim inextinguible, où mille nuits sans lune ne l’auraient pas plongé dans une telle détresse. D’ailleurs, il n’avait même plus la notion du temps, et si son interlocutrice disait vrai, il pouvait tout aussi bien avoir subsisté ainsi depuis des milliers d’années… Son esprit, à l’évocation de ce constat, se troubla encore plus et, rassemblant ses forces, il saisit un couteau, le soupesa puis, d’un pas décidé, s’approcha d’Elizabeth et le lui planta en pleine poitrine. Son regard si doux se voila, et tandis que son visage se crispait dans une expression de stupeur et d’effroi, Becket lui sourit. Il était libre à présent.

 

Bertrand Duris – Mickaël Glane – Nicholas Leroy – David Verdier

Janvier-Mai 2022

Photo : Missy Queen

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article