Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Univers Parallèles

Journal web de textes courts, d'infos culturelles ou autres, de dessins rigolos et de n'importe quoi...

Cadavre exquis à quatre mains en cinq épisodes : "Se souvenir d’elles" (4)

  « Improvisez, testez, mais ne perdez pas le contrôle »… cette voix froide et mécanique résonna au fond de son cerveau.
  « Au diable leurs conseils ! » se dit-il en secouant la tête, et il s’arrêta devant elle et lui sourit.
  Un craquement insolite, anormal, lui parvint lorsqu’Elizabeth bougea pour reculer, comme si c’était désormais son tour d’être méfiante face à lui. Le bruit provenait de ses jambes, dont l’apparence était à la fois impossible et fascinante. Ses pas semblaient résonner sur le sol comme s’ils étaient incroyablement lourds. Dans le même temps, une expression de terreur s’afficha sur ses traits et elle leva les bras devant elle, comme un somnambule en pleine déambulation.

  — Que... Qu’est-ce qui se passe ? balbutia Becket en voyant soudain les ongles de la jeune femme se mettre à pousser pour atteindre une longueur invraisemblable.

  Il hésitait à lâcher le morceau de bois. C’était peut-être ça qui l’effrayait mais se retrouver totalement démuni dans le cas où la situation dégénérerait ne l’enthousiasmait pas.
  Elizabeth se jeta alors sur lui mais, au lieu de l’attaquer, elle l’enlaça avec vigueur et posa ses lèvres sur les siennes. Becket éprouva alors une sensation aussi inédite qu’inattendue.

  De ses lèvres se diffusait une chaleur torride et réconfortante à laquelle il ne pouvait résister, en totale contradiction avec les extrémités de la créature.
  Après une durée indéterminée, des lumières intenses percèrent soudainement la voûte que formaient les arbres environnants. Deux hélicoptères survolaient la zone, certainement à sa recherche, se dit-il.

  — Ils sont là pour moi.

  À ces mots, la créature le regarda droit dans les yeux avec une intensité perçante.

  — Suis-moi si tu souhaites véritablement vivre comme il se doit, ne plus être un esclave, comprendre enfin qui nous sommes et ton rôle, auquel tu as toujours été destiné.

  Après cela, la créature bondit dans les bosquets avec une grâce féline, elle se retourna d’un air grave comme pour le supplier de la rejoindre. Il réalisa à cet instant que la morphologie de l’hybride avait changé et tenait plus, maintenant, de la panthère que de l’humain. Becket regarda autour de lui, leva les yeux vers ces faisceaux lumineux scrutant la forêt, tels des limiers.

  — Fait chier !

  C’est alors qu’il vit cette superbe féline disparaître dans le torrent végétal que formait le souffle des pales des deux hélicoptères au-dessus d’eux.
  À peine dix secondes de réflexion plus tard, il s'élança à la poursuite de la créature qui l'avait amené jusqu'ici. Décidé à connaître le fin mot de cette histoire, malgré la peur qui l'habitait.  Après une course-poursuite effrénée, Becket vit Elizabeth entrer dans une cabane qui ressemblait étrangement à la sienne. Résigné à connaître la vérité, il ouvrit la porte brutalement et s'apprêta à exiger des réponses. Mais resta sans voix quand il aperçut l'intérieur de la cabane semblable à une grande salle de banquet telle qu'il pouvait y en avoir jadis dans les châteaux de la Renaissance. Et au milieu de cette grande pièce, une longue table, remplie d'innombrables victuailles. Au bout de cette table, Elizabeth, qui avait repris apparence humaine et était vêtue d'une longue robe couleur lilas qui laissait apparaître ses épaules.

  — Prends donc place, mon Amour ! Le repas va refroidir, lui lança-t-elle.

  Il resta totalement interdit. Cette manière qu’avaient les évènements de souffler le chaud et le froid finissait par lui miner le moral. Il y avait pourtant beaucoup de raisons de se réjouir, la créature lascive qui se tenait devant lui n’étant pas la moindre. Mais la soudaineté et l’apparent désordre avec lesquels tout se succédait le mettaient mal à l’aise. Son cerveau essayait de retrouver un lien entre tout ce qui s’était passé durant ces dernières heures. Elizabeth perçut son trouble et sourit en lui tendant la main. Sans raison aucune, les chandeliers s’allumèrent tous en même temps, et Becket sursauta. Que lui dictait son instinct ? Il voulait s’asseoir, au moins, juste histoire de faire le point, de reprendre le contrôle sur son esprit. Mais l’invitation, malgré le mystère qui l’entourait, semblait sincère, et ses sens finirent par céder, il avança, saisit une chaise et, après une grande inspiration, s’assit. Le sourire de la jeune femme avait achevé de le convaincre.

Bertrand Duris – Mickaël Glane – Nicholas Leroy – David Verdier

Photo : Missy Queen

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article