Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Univers Parallèles

Des Bd, des dessins rigolos, des textes débiles et plein de n'importe quoi comme s'il en pleuvait, avec des dessinateurs fous fous fous...

Que puis-je ? par Bertrand Duris

 

Je voulais devenir professeur…
J’avais une foi intense dans mes connaissances, l’envie de les partager, et une vision bienveillante du rôle que je pouvais jouer dans la société…

Je vibrais pour l’Histoire, je connaissais le nom de toutes les rivières, je savais que je pouvais être sévère mais magnanime, je m’y voyais déjà, sans blague ni excès d’ambition…
Jusqu’à ce que je comprenne que je me faisais dessus à la moindre prise de parole devant trois personnes…

Je voulais devenir gendarme…
Je pensais sincèrement pouvoir changer le monde, j’avais la certitude d’avoir en main tous les leviers, qu’une lecture humaniste de la loi était la clé…
J’avais envie de défendre les faibles, de punir les méchants, de résoudre les petites et les grandes injustices, je m’y voyais déjà, sans vouloir me prendre pour un cow-boy…
Jusqu’à ce que je conçoive qu’il fallait faire avec la bêtise et la méchanceté humaines, les barrières hiérarchiques et le népotisme…

Je voulais devenir batteur…
J’en rêvais depuis que ma sensibilité musicale s’était éveillée, j’avais vaincu ma peur du solfège, et je me sentais capable de venir à bout de ma gaucherie…
J’avais l’oreille, le rythme me portait en permanence, une tournerie de John Bonham suffisait à me tirer des larmes, je m’y voyais déjà, sans déconner, ni me prendre pour un virtuose…
Jusqu’à ce que je convulse en m’entendant jouer, honteux au point de ne pouvoir saisir les baguettes, même si j’étais seul chez moi…

Je n’ai jamais rêvé de devenir pompier ou vétérinaire parce que les études et les responsabilités me paraissaient trop lourdes, je n’ai jamais souhaité être footballeur ou chanteur par la faute d’un ego sous-développé, je n’ai jamais envisagé de faire de la politique ni de m’engager, parce qu’on ne peut jamais vraiment parler au nom de la foule quand on a une âme de gardien de phare…

Je n’ai jamais rêvé non plus d’être mon propre patron, n’ayant jamais rien imaginé de révolutionnaire, ni inventé quoi que ce soit qui puisse justifier la création d’une activité propre à l’exploiter...

Je ne sais toujours pas ce que je ferai quand je serai grand, j’espère juste que je serai quelqu’un de bien, ce sera déjà pas si mal !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article