Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Univers Parallèles

Des Bd, des dessins rigolos, des textes débiles et plein de n'importe quoi comme s'il en pleuvait, avec des dessinateurs fous fous fous...

Oups ! par François Coulaud

J'ai de la chance, et de l'organisation aussi, mon texte du vendredi tombe justement, comme par hasard, le 31 décembre.
Pas mal non ?

Alors pour vous souhaiter une bonne année quoi de mieux que ce petit texte assez... euh... François.

 

Oups !

Elle est très belle, accoudée à la balustrade de mon appartement, un rayon de soleil jouant sur l’ombre de sa joue. Elle porte aujourd’hui, et je sais que c’est pour me faire plaisir, cette jupe fine à très petits plis, ce corsage satiné sur sa peau doucement bronzée et ce large chapeau que je lui ai offert. Ma nouvelle femme est fabuleuse.
Je l’ai rencontrée le mois dernier à Marrakech où je passais quelques jours de vacances bien mérités. Je suis responsable d’une multinationale tentaculaire et ce n’est pas tous les jours simple de délocaliser à tout va. Elle marchait sur la plage dans un maillot de bain bleu-azur si simple… qu’il ne cachait à peu près rien.
Nous nous sommes plu tout de suite… surtout moi.
Je l’ai invitée au restaurant. Elle portait une robe rouge translucide.
Merveilleuse soirée !
Puis à dîner chez moi. Elle était fabuleuse dans une nuisette courte en voiles superposés.
Elle a accepté de m’épouser il y a quinze jours non sans lutte. Il m’a fallu finalement laisser traîner négligemment dans la chambre un exemplaire du Figaro avec cette interview sur quatre pages et l’estimation de ma fortune.
Ce fut une mariée irréelle dans une robe de tulle transparente.
Depuis c’est le bonheur.
Revenu en France, et avant de partir pour le Brésil où mes affaires me pressent, je veux la présenter à mes parents, mes amis, mes associés (qui ne sont pas les mêmes, qu’est-ce que vous croyez).
Je m’approche, lui effleure le bras et lui souffle :
– Qu’est-ce que ça te fait quand je te fais ça ?
Elle me regarde droit dans les yeux, sourit et rétorque du tac au tac.
– Ça me fait chaud partout, partout, partout...
Et cette garce ôte sa jupe, la jette par-dessus le balcon, ouvre totalement son chemisier, le boucle de deux nœuds coquins et me lance :
– Ah, c’est mieux comme ça !
Et tandis que je sens la goutte de sueur épouvantable qui coule entre mes reins, que j’entends derrière moi le bruit des pas de mes invités, je me demande soudainement avec angoisse :
– Nom d’un chien, ma femme ne serait-elle pas… un rien… exhibitionniste ?
Ou pire encore !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article