Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Univers Parallèles

Des Bd, des dessins rigolos, des textes débiles et plein de n'importe quoi comme s'il en pleuvait, avec des dessinateurs fous fous fous...

Ma vie avec Annabelle

Il est dix heures trente. Comme chaque matin dès l’aube, assis dans ma luxueuse véranda dominant
la Creuse, j’avale une gorgée de mon café, entame le premier de mes huit croissants et envisage de me beurrer une tartine.

Je suis en pleine forme, une étincelle de plaisir dans la prunelle, une myriade d’idées dans la tête.
Ça ne va pas durer.
Croyez-en mon expérience, c’est aussi précis que la course des étoiles dans le ciel, aussi définitif que les horaires des marées à Perros-Guirec, quand tout va vraiment bien ça ne dure jamais plus qu’un pet de moineau.
J’avise Annabelle nonchalamment allongée dans un sofa vêtue, ou plutôt dévêtue, d’une tenue mi-déshabillé blanc et noir à dessins japonisants à faire tomber tous les mâles dans un rayon de huit cents mètres, mi-ensemble lingerie à froufrous à faire hurler tous les loups des bois avoisinants. Comme mon déjeuner est loin d’être terminé, je ne suis encore ni mâle, ni loup, mais je frémis quand même… je connais cet air-là !

─  Quoi ?

─ Tu as vu dehors ?

J’observe la rivière qui couloit, le moulin qui tournoit, le pont qui enjamboit, le clocher qui pointoit, le ciel qui nuageoit. Rien de remarquable !

─ Il pleut ?

─ Oui, il pleut et tu sais comme je déteste la pluie… à la campagne.

Je sais que ça ne sert à rien de discuter, je sais que j’aurai tort de toute façon, mais je discute pourtant, c’est dans ma nature.

─ La campagne, comme tu y vas. Argenton est une bourgade de plus de 6000 habitants, on ne peut plus parler de « campagne ».

─ Tu sais ce que j’aimerais ?

Bien ! J’ai compris. Quand Annabelle me fait ses yeux de biche, je ne peux l’éviter, je craque. Quant à la raison, je la connais. Dès que s’annonce la fin de l’automne, les prémices d’une froidure hivernale, elle a besoin d’un appartement chaud à grandes baies vitrées, agrémenté de quelques centaines de citadins empilés dans divers containers de diverses formes.

─ Ecoute. Pour le moment, mon héros se balade à Ciron, mais dès samedi prochain je l’emporte dans une grande ville. Que dirais-tu de Châtellerault ?

Yeux de chatte.

─ Orléans ?

Yeux de tigresse.

─ D’accord, d’accord, nous irons à Paris et n’en parlons plus.

Et c’est ainsi qu’une histoire qui devait passer par Châtellerault se déroulera finalement dans la capitale pour cause de brune superbe à yeux de tigresse.
Ah, les femmes !

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article