Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Univers Parallèles

Journal web de textes courts, d'infos culturelles ou autres, de dessins rigolos et de n'importe quoi...

L'homme de dos par Yvan Bernaer

L'homme de dos soulève bien des questions :

Est-il le pendant de l'homme de face ? A-t-il été créé par Dieu ? Est-il plus grand que l'homme normal ? Est-il apparu avant ce dernier ? Vit-il plus vieux ? Est-il plus érogène ?

Pour répondre à quelques de ces grandes interrogations, commençons par définir notre sujet.

L'homme de dos est, comme son nom l'indique, un homme qui tourne le dos à celui qui le voit de dos. En ce sens, l'homme de dos à besoin d'un autre que lui pour exister. A la différence de l'homme qui est toujours homme, l'homme de dos n'est pas en permanence un homme de dos, et passe par des états plus ou moins réguliers où il n'est pas de dos (nous reviendrons là-dessus plus tard). Cette introduction faite, tâchons maintenant de réfléchir sur les grandes questions que soulève l'homme de dos.

 

L'homme de dos est-il plus grand que l'homme normal ?

A priori, non. On peut cependant avancer que l'homme de dos, plus que l'homme, mesure sa taille exacte. Les médecins l'ont bien compris et placent toujours le mètre entre le mur et le dos de l'homme pour le mesurer.

 

Dans une rue lambda et à l'instant T, y a-t-il plus d'hommes de dos que d'hommes non-de-dos ?

Oui : environ deux fois plus (statistiques 2011)

 

L'homme de dos est-il un être shakespearien ?

Pour être homme de dos, nous l'avons vu, l'homme a besoin d'un autre que lui pour le voir de dos : d'un homme dans son dos, qu'il ne peut voir et dont il n'est pas assuré que ce dernier le voit ou est occupé à regarder ailleurs. En ce sens, et plus que l'homme lui-même, la question « être ou ne pas être » taraude l'homme de dos.

 

L'homme qui me tourne le dos dans la voiture de devant est-il encore un homme de dos au moment où il me regarde dans le rétroviseur ?

Oui. Cela s'appelle « prendre conscience de celui grâce auquel on est au monde ».

 

L'homme seul peut-il être un homme de dos ?

Bien sûr que non ! Robinson fut en son temps le plus célèbre homme non-de-dos.

 

Puis-je conceptualiser un monde constitué uniquement de deux hommes de dos ?

En théorie, c'est possible : en plaçant deux hommes dos à dos et en les munissant d'un miroir. Reste qu'ils doivent tourner et se mouvoir selon les deux points d'un même cercle, sans jamais se lâcher des yeux.

 

L'homme de dos est-il un être quantique ?

Certaines coïncidences permettent de le penser.

 

Première similitude : l'aléatoire et la statistique :

Si homme de dos nous sommes parfois, nous ne le sommes pas en permanence. Certains le sont plus souvent que d'autres. Supposons deux états de l'homme : un état 1 où il est de dos, et un état 0 où il ne l'est pas (similitude, vous l'avez remarqué, avec le spin des particules). Nous appuyant sur ce postulat, l'homme basculerait, tout au long de son existence et de façon plus ou moins aléatoire, plus ou moins rapide, de son état 0 à son état 1 et inversement : voué à une sorte de « clignotement existentiel chaotique ». Son état à l'instant T, telles la position et la vitesse d'une particule, ne peut donc être évalué qu'en faisant appel aux probabilités, c'est-à-dire statistiquement.

 

Seconde similitude : la mesure et l'observateur participent de l'état de la chose observée

L'homme de dos n'existe en tant que tel que lorsqu'un « observateur extérieur » est là pour le voir dos. Il est donc impossible, avant de le voir, de savoir si un homme lambda est ou n'est pas un homme de dos. Ceci le rapproche naturellement des objets quantiques.

Reste que l'homme de dos, par sa  taille très légèrement supérieure à celle de l'homme (voir plus haut) est un objet macroscopique, donc soumis, selon toute vraisemblance, au principe de décohérence.

La réponse à cette question reste donc largement débattue. Les progrès de la science, j'en suis certain, ne tarderont pas à nous éclairer davantage...

 

L'homme de dos a-t-il été créé par Dieu ?

L'homme de dos a besoin d'un autre pour exister, d'un autre auquel il tourne le dos, ce qui est – on le sait – une marque de mépris pour ce dernier. L'homme de dos méprise donc celui grâce auquel il existe. Par extension, l'homme de dos, s'il a été créé par Dieu, méprise ce dernier. Comme tout homme est un jour ou l'autre un homme de dos, il nous reste deux possibilités :

    • Soit tout être humain méprise Dieu.
    • Soit l'homme de dos n'a pas été créé par Dieu.

Or, on sait que si l'homme de dos n'a pas été créé par Dieu, l'homme lui-même n'a pu l'être (tout homme étant un jour ou l'autre, un homme de dos).  De plus, si l'homme méprise Dieu, il  place ce Dernier en-dessous de lui, donc ne croit pas en lui en tant qu'entité supérieure. Il en résulte que :

    • Soit aucun homme ne croit en Dieu.
    • Soit Dieu n'a pas créé l'homme.

Donc :

    • Soit Dieu existe, et l'homme n'y croit pas.
    • Soit Dieu n'existe pas, et l'homme y croit

 

Il n'appartient donc pas à l'homme de répondre à cette question.

 

L'homme de dos est-il un être social ?

Par essence :

homme de dos = homme +  n (homme pour le voir de dos) où n est un entier différent de 0. L'homme de dos suppose donc un ensemble minimal de deux hommes. Il s'agit donc d'un être social par définition.

 

L'homme de dos voit-il plus loin que l'homme qui le voit de dos ?

Faut-il faire face à l'homme de dos ?

Êtes-vous un homme de dos refoulé ?

L'homme de dos est-il un inconnu potentiel ?

Faut-il frapper l'homme de dos ?

L’homme de dos a-t-il conscience qu’il est un homme de dos ?

Peut on être son propre homme de dos ?

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article